Des légumes qui grimpent

Michel Pitrat

Plusieurs espèces légumières sont des plantes grimpantes, soit par des vrilles comme le pois ou les Cucurbitacées (melon, concombre, courge, pastèque…), soit grâce à une tige volubile comme le haricot ou, parmi les espèces tropicales, l’igname et plusieurs espèces de Vigna.

Les formes sauvages de ces espèces sont à longue tige grimpante mais, à la suite de la domestication, au cours de la diversification, des mutants ont été sélectionnés. Ils sont caractérisés par des entre-nœuds plus courts, la perte de la volubilité de la tige et éventuellement la disparition des vrilles.

Vrille ramifiée de courge à tige coureuse - © M. Pitrat
Vrille ramifiée de courge à tige coureuse – © M. Pitrat

Haricots

Tige volubile de haricot tournant dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Arrivée au sommet de son tuteur, elle essaye d'agripper les nuages" - © M. Pitrat
Tige volubile de haricot tournant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Arrivée au sommet de son tuteur, elle essaye d’agripper les nuages” – © M. Pitrat

Les haricots grimpants, ou à rames, ont une tige volubile qui s’enroule de droite à gauche autour d’un support. Traditionnellement, chez les Amérindiens, le haricot était cultivé en association avec le maïs qui lui servait de tuteur. Ce dernier mode de culture a été également pratiqué avec le haricot tarbais utilisé dans le cassoulet ou la garbure. Aujourd’hui, ce sont des filets qui servent de tuteur. A quelques exceptions près, les haricots grimpants ne sont plus cultivés aujourd’hui que par les amateurs dans leurs jardins. Les variétés cultivées par les professionnels et utilisées pour l’appertisation[i] et la congélation sont des variétés naines à tige non volubile. Rappelons qu’il n’existe aucune liaison entre, d’une part, le caractère grimpant ou nain et, d’autre part, la qualité de la gousse (avec ou sans parchemin) ou du grain (taille, forme, couleur).

Pois

Les feuilles de pois ont plusieurs folioles latérales et sont terminées par une vrille ramifiée. De nombreuses variétés de pois, aussi bien à écosser que mangetout dit aussi sans parchemin, ont de longues tiges et nécessitent des supports (filets, piquets) auxquels les plantes s’agrippent grâce à leurs vrilles. Des mutants demi-nains ou nains à tige plus courte ont été sélectionnés. Pour les cultures de plein champ, seules des variétés naines sont utilisées. Par ailleurs beaucoup de variétés aujourd’hui cultivées, en particulier de pois protéagineux, ont une autre mutation appelée afila qui transforme les folioles en vrilles.

Haricots et pois à rames sont à l’origine d’une expression qui n’est plus très usitée : Il s’y entend comme a ramer des choux, pour signifier que quelqu’un n’y comprend rien, n’y entend rien, car on ne rame pas les choux !

Courges

Les courges sauvages ont de longues tiges de plusieurs mètres de longueur qui sont pourvues de vrilles ramifiées à chaque nœud. Dans l’espèce Cucurbita pepo, des mutants « non coureurs » à port buissonnant avec des entre-nœuds très courts et sans vrilles ont été sélectionnés et correspondent aux courgettes et aux pâtissons. Moins connu en Europe mais cultivé en Amérique du Sud, le même type de mutant existe dans l’espèce voisine Cucurbita maxima (potirons) et est présent dans le type « zapallito » dont les fruits sont consommés immatures, comme des courgettes.

Le melon a également des longues tiges avec des vrilles simples. Des mutants à entre-nœuds très courts sont connus et plusieurs variétés ont été proposées mais elles n’ont pas connu un grand succès commercial.

Les courgettes avec des tiges à entre-nœuds courts n'ont plus de vrilles - © M. Pitrat
Les courgettes avec des tiges à entre-nœuds courts n’ont plus de vrilles – © M. Pitrat

[i] Modalité de la conservation en boîtes ou bocaux

> Télécharger le PDF