HRVST: la ferme verticale haute technologie

Mathieu Caradeuc

Alors que le mètre carré au sol disponible se raréfie en ville, l’idée d’une agriculture qui s’élèverait en hauteur fait son chemin. Parmi ces projets, celui de Florentaise, très « high-tech » en plus d’être vertical, est déjà sur pied.

HRVST la ferme passe-partout

Les fermes verticales sont destinées aux zones où la production agricole est difficile voire impossible, pour cause de climat et/ou de manque d’espace disponible. Elles sont donc particulièrement adaptées à l’agriculture urbaine. Il s’agit de structures closes, sortes de phytotrons (installation de recherche en biologie végétale) dans lesquels les progrès technologiques permettent non seulement une parfaite maîtrise du climat et de l’alimentation minérale des plantes (solution nutritive recyclée) mais aussi, grâce aux éclairages LED, un contrôle total de l’ensemble des paramètres de croissance des plantes. On peut réinventer les programmes de culture en faisant varier l’éclairage selon les stades de développement.

Le système HRVST a été pensé pour être 100 % modulable et adaptable à n’importe quel espace urbain. Les plantes grandissent dans des pots individuels en fibre de bois, 100 % biodégradables, remplis de terreau renouvelable (sans tourbe).
Le système HRVST a été pensé pour être 100 % modulable et adaptable
à n’importe quel espace urbain. Les plantes grandissent dans
des pots individuels en fibre de bois, 100 % biodégradables, remplis
de terreau renouvelable (sans tourbe).

Par exemple, on module la photopériode, l’intensité et la couleur de la lumière selon les objectifs visés (plante trapue, enrichie en vitamines, feuilles larges ou petites, floraison accélérée, etc.). Indépendantes de la lumière du jour, les cultures sont réalisées sur des étagères superposées et éclairées.

Ainsi, les LED permettent de reconstituer à moindres frais et avec une plus grande précision des spectres lumineux, les chambres de culture construites il y a une cinquantaine d’années pour les besoins de la culture in vitro des plantes.

La majorité des systèmes de fermes verticales nécessite des bâtiments quasi sur mesure, ce qui n’est pas le cas de HRVST (prononcez « harvest », qui signifie « récolte, moisson »). Le système a été pensé pour être 100 % modulable et adaptable à n’importe quel espace urbain. La ferme verticale de Florentaise utilise donc de nombreux capteurs de régulation, qui permettent d’obtenir un historique de l’environnement et des performances de croissance. On en tire des jeux de données précieux, qui aident à optimiser rapidement les itinéraires techniques de culture.

FLORENTAISE : L’ÉCO-INNOVATION

Florentaise, société familiale de 187 salariés, fabrique et commercialise des gammes complètes de terreaux, amendements et paillages depuis 1986. Engagée dans le développement durable depuis plus de vingt ans, elle a bâti une stratégie d’éco-innovations pour développer des produits performants et respectueux de l’environnement. Attachée au développement durable et au suivi RSE, elle promeut aujourd’hui les terreaux sans tourbe à base de matières premières locales uniques et renouvelables. Florentaise mène également une forte politique d’innovation grâce notamment à son centre expérimental dédié à la recherche.

Des plants sains, ultra-frais, faciles à conserver

Le degré de maîtrise technique permet d’optimiser les mesures prophylactiques et la santé des plantes. En effet, il est possible de cultiver sans aucun pesticide de la semence au produit commercialisé. Pour ce faire, on optimise toutes les étapes de production. On utilise des semences certifiées, les employés passent par des pédiluves, ils portent des gants et des blouses antistatiques, les salles de culture sont surpressurisées, l’air est désinfecté, le support de culture de haute qualité sanitaire.

Dans les fermes HRVST, les plantes grandissent dans des pots individuels, 100 % biodégradables (fibre de bois), remplis de terreau renouvelable (sans tourbe). Les plants sortants de la ferme HRVST seront commercialisés en pots, donc avec leurs racines. De cette façon, les produits resteront frais pour l’utilisation par le consommateur.

HRVST permet de produire au coeur des cités une grande diversité de végétaux, notamment des plantes plus fragiles et difficiles à produire localement. On y produit du petit radis asiatique, des jeunes pousses de basilic thaï très parfumé, des jeunes plants potagers etc. Par rapport à une serre-verre traditionnelle, on obtient jusqu’à trois fois plus de biomasse par jour. À titre d’exemple, cet ensemble d’innovations permet de cultiver des potées de basilic citron en seulement une vingtaine de jours.

La technologie HRSVT permet de cultiver n’importe quelle plante. Cependant, dans une ferme verticale, toutes les plantes ne présentent pas une rentabilité économique suffisante. Elles sont particulièrement adaptées à la culture des légumes feuilles et encore plus des jeunes pousses. En Europe, ce marché est dominé par les Pays-Bas et Florentaise espère, grâce à ses fermes, relocaliser la production dans les centres urbains français.

Grâce aux LED, il devient aisé de recréer un biotope extrêmement favorable aux cultures ou de réinventer les programmes de culture en les faisant varier selon les stades de développement des plantes.
Grâce aux LED, il devient aisé de recréer un biotope extrêmement favorable aux cultures ou de réinventer les programmes de culture en les faisant varier selon les stades de développement des plantes.

Pas seulement une production de proximité

Une ferme verticale positionnée en plein centre-ville est aussi un formidable outil pédagogique, permettant de sensibiliser les citadins à l’agriculture locale et aux techniques de cultures pratiquées aujourd’hui. Ces fermes verticales s’inscrivent dans des projets de développement local dont l’intérêt économique et social est primordial.

UNE FERME DANS LE MÉTRO

Des micro-pousses cultivées dans le métro : tel est le projet de Florentaise qui vient d’être lauréat des Parisculteurs*. Dénommé « HRVST dans le métro » (HRVST pour « harvest », qui signifie « récolte »), ce projet vise à créer une ferme verticale dans un ancien tunnel du métro parisien. L’objectif est de fournir les restaurateurs locaux en micro-pousses de plantes aromatiques. La ferme sera installée dans des salles à quinze mètres de profondeur à température constante de 19 °C. À terme, la surface de culture devrait atteindre 10 000 m2, soit 30 millions de pots de jeunes pousses par an !

Jean-François Coffin

*Les Parisculteurs est la réunion d’entreprises, d’acteurs publics et parapublics et de propriétaires parisiens, engagés aux côtés de la ville pour contribuer à la végétalisation du bâti parisien et au développement de l’agriculture urbaine.