Enquête sur l’acclimatation de jeunes plants ornementaux chez les jardiniers amateurs

Francis Lemaire

En 2003 et 2006, deux enquêtes sur l’acclimatation de jeunes plants ornementaux ont été réalisées. Une troisième a suivi en 2016, dont voici le compte rendu. Le protocole était le suivant : deux pépiniéristes angevins A (André Briant jeunes plants) et M (Pépinière Minier) ont choisi deux taxons et ont envoyé deux exemplaires de chacun d’eux aux sociétaires SNHF volontaires pour tester les comportements en acclimatation.

Description des taxons utilisés

Pépinière A

Cistus x verguinii ‘Paul Pecherat’ : ce ciste présente des feuilles persistantes vert foncé, collantes et aromatiques. Il donne de grandes fleurs blanches à macule rouge foncé en avril-mai. La touffe peut atteindre 90 cm de hauteur et 100 cm de largeur. Il résiste au froid (- 15 °C), à la chaleur et à la sécheresse. Les jeunes plants en godets ont une hauteur moyenne de 18 cm et possèdent 6 rameaux.

Choisya ternata Snow Flurries ‘Lisflurry’ : cet oranger du Mexique demi-nain a un feuillage persistant vert foncé brillant. Il se couvre de fleurs blanches odorantes en fin de printemps et en septembre. Adulte, il peut atteindre 1,50 mètre de hauteur et 2 mètres de largeur. Il résiste au froid (- 15 °C) et présente une bonne résistance à la sécheresse. Les jeunes plants en godets atteignent une hauteur moyenne de 15 cm et possèdent 4 rameaux.

Pépinière M

© Hortival Diffusion
© Hortival Diffusion

Cornus alba Bâton Rouge® ‘Minbat’ cov : cet arbuste présente un feuillage vert devenant lie-de-vin en automne avec un revers argenté. En hiver, le bois est rouge corail. Il peut atteindre 2 mètres de hauteur et de largeur. Les jeunes plants ont une hauteur moyenne de 35 cm et possèdent 3 rameaux.

© Hortival Diffusion
© Hortival Diffusion

Euonymus japonicus Green Millenium® ‘Minmil’ cov : le feuillage de cet arbuste est persistant vert foncé, à végétation érigée se ramifiant naturellement sans taille. Il peut atteindre 150 cm de hauteur. Les jeunes plants atteignent une hauteur moyenne de 17 cm et possèdent 5 ramifications.

Répartition géographique des participants

Sur les 24 sociétaires ayant reçu des jeunes plants, seuls quinze ont renvoyé les fiches de notation :

• six dans le Val-de-Loire en climat océanique, pour des plantations en sol de nature variable non calcaire, à exposition sud pour Choisya et Cistus et à exposition mi-ombre pour Cornus et Euonymus,

• quatre en Ile-de-France,

• deux en altitude, l’un en climat continental à 1 000 mètres (Loire), l’autre en climat à tendance méditerranéenne (Ardèche),

• trois en bord de mer (Manche, Océan Atlantique).

Acclimatation des 4 taxons en première année

Cistus : la reprise a été bonne dans onze situations. La mort des quatre autres est due à un excès d’eau (inondation par la Loire en Anjou, excès d’arrosage en pot), ou à un manque d’irrigation en pleine terre et en jardinière. Les spécimens plantés en altitude (1 000 mètres) ont résisté et ont fleuri en juillet et août. La floraison dans les autres situations s’est produite en mai, juin. La croissance a été variable entre 9 et 50 cm.

Choisya : la reprise a été bonne dans les quinze situations. Dans 3 cas sur 15, les plants ont fleuri en mai. Trois rameaux ont gelé à -9 °C dans l’Oise. La croissance a été variable entre 5 et 98 cm (en Anjou, avec arrosage goutte-à-goutte).

Cornus : la reprise a été bonne dans onze situations. La reprise a été mauvaise en cas d’irrigation déficiente en pleine terre et en jardinière. Aucune floraison n’a été observée. La croissance a été variable entre 6 et 110 cm (en Anjou, avec arrosage goutte-à-goutte).

Euonymus : la reprise a été bonne dans les quinze situations. Aucune floraison n’a été observée. La croissance a été variable entre 8 et 60 cm en pleine terre. Cet arbuste est sensible aux limaces et escargots. Une chute totale des feuilles a été observée en Anjou.

Conclusions

Les résultats de cette nouvelle enquête permettent de préciser aux amateurs de jardin les conditions d’une bonne acclimatation des quatre taxons.

  • Quelles que soient la situation géographique, l’exposition, la fertilisation et l’irrigation, plus ou moins suivie, Choisya et Euonymus s’acclimatent à 100 %. Cela confirme leur réputation de plantes faciles à cultiver.

Cornus est sensible aux conditions d’irrigation. Lorsque celle-ci est déficiente en pleine terre et en jardinière, il s’acclimate mal bien que planté à mi-ombre.

Cistus est aussi sensible aux conditions d’irrigation : déficience ou excès durant sa reprise. Ce taxon d’origine méditerranéenne a résisté en altitude (1 000 mètres dans les monts du Forez) mais avec un retard de floraison d’un mois. Planté de préférence en exposition sud, son acclimatation est bonne à condition d’arroser correctement. Ces résultats confirment ses caractères connus de résistance à la chaleur et au froid en sol drainant.

DÉTAILS DU PROTOCOLE

Les expositions

L’exposition sud a été choisie dans 9 cas sur 15 pour Choisya et dans 8 cas sur 15 pour Cistus. En revanche, pour Cornus et Euonymus, elle intervient dans 5 cas sur 15.

Types de plantation

Quel que soit le taxon, les plantations ont été réalisées en pleine terre (14/15). La nature des sols était variable : terre de jardin neutre (3), argileuse (2), sableuse (1), calcaire (1).

Irrigation

Aucune irrigation complémentaire n’a été effectuée dans 7 cas sur 15. Sept cas ont apporté de l’eau en période de sécheresse. Un cas se distingue en apportant une irrigation goutte-à-goutte en Anjou.

Fertilisation

Pour les plantations en pleine terre, la fertilisation est apportée sous forme de compost à la plantation dans 7 cas pour Euonymus, 6 cas pour Cornus, 5 cas pour Choisya, 8 cas pour Cistus et sous forme d’engrais minéraux, dans 5 cas pour Euonymus, 3 cas pour Cornus, 3 cas pour Choisya, 2 cas pour Cistus.

RÉFÉRENCES

Lemaire Francis. 2005. Comportement de nouveaux cultivars chez les membres de la section AAO. Jardins de France, nº 561, 10.

Lemaire Francis. 2016. Enquêtes sur l’acclimatation de jeunes plants ornementaux chez les jardiniers amateurs. Paroles d’experts, Jardins de France n° 640, 41-43