La Borie, un parc en musique

Jean-François Coffin

Des végétaux qui suivent un parcours sonore : tel est le fil conducteur qui a guidé les concepteurs des jardins de La Borie. Ils se situent dans le site grandiose d’un domaine historique sur la commune de Solignac, à quatre kilomètres de Limoges. Visite guidée avec Valérie Gibaud, la « maître jardinière »…
 

La Borie, un domaine de 14 hectares sur lequel veille un château du XVIIe siècle - © JF. CoffinLa Borie, un domaine de 14 hectares sur lequel veille un château du XVIIe siècle - © JF. Coffin

 

Un château du XVIIe siècle domine un parc de 14 hectares. Appartenant à la Fondation La Borie-en-Limousin, le domaine est avant tout un lieu de création pour la musique et les arts du son. Il est marqué par un personnage étonnant, Louis Dandrel, compositeur dont la volonté était de créer un jardin des sons (Cf. encadré). La fondation a confié ce travail à la paysagiste Emma Blanc, aidée par un botaniste-jardinier passionné et bénévole, Pierre Lagedamon. Et ce fabuleux parc ne serait pas ce qu’il est sans le soutien de l’association des amis du jardin dont la cotisation consiste à consacrer trois jours par an de son temps au jardin, et chacun à son niveau de compétence ! Ce jardin, de conception contemporaine, est ouvert au public depuis le printemps 2013, les jeunes plantations commençant déjà, au bout d’un an, à exprimer l’effet recherché. Pour atteindre le château et son parc, vous parcourez d’abord une longue allée d’arbres bordant un étang sur lequel « flotte » un immense podium, sculpture en émail diffusant des sons synthétiques de mouettes se confondant, en fin de journée, avec le croassement réel et parfois assourdissant des grenouilles. Vous êtes déjà dans l’ambiance musicale. Puis vous franchissez la grille du château. Valérie Gibaud, « maître jardinière », nous y attend pour nous faire découvrir ce parc qui se décline en plusieurs jardins.

 

Le potager-verger d’époque

Valérie nous conduit tout d’abord sur la terrasse devant le château où a été réalisé le potager-verger « pour rappeler la vocation vivrière du domaine au XVIIe siècle ». Des « tables en acier Corten » sont réparties sur la terrasse où poussent différentes variétés de légumes. L’idée était également de mettre en valeur les richesses végétales de la région : une saulaie a été plantée où sont prélevées les branches d’osier pour confectionner les liens reliant les montants de la pergola en châtaignier, arbre emblématique du Limousin. A proximité, le verger se compose de poiriers et de pommiers.

 

> Lire la suite

Jardins de France 631. septembre-octobre 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jardins de France