Les Rubus, tout un monde !

Bernard Lantin

Les Rubus abondent dans notre environnement tant domestique que naturel. Sans rien connaître à la botanique, on les classe d’instinct en trois catégories : les framboisiers, les ronces qui produisent les mûres et les « autres ».

 

Les Rubus ont une capacité à s’hybrider par espèces, une chance pour la sélection. Ici, fleurs de Rubus deliciosus - © B. Lantin

Les Rubus ont une capacité à s’hybrider par espèces, une chance pour la sélection. Ici, fleurs de Rubus deliciosus - © B. Lantin

 

Les framboisiers, dans leur grande majorité, appartiennent à l’espèce Rubus idaeus L. bien définie depuis des lustres. Sur une souche vivace, drageonnante, se développent des pousses feuillées (primocanes), à croissance déterminée, plus ou moins épineuses. Les feuilles caduques sont alternes et composées pennées à 3-5 ou 7 folioles. La seconde année apparaissent des rameaux latéraux fructifères, feuillés mais dépourvus de bourgeons végétatifs. Les fleurs sont réparties en petits bouquets de l’extrémité à la base des rameaux sur une période de 4 à 6 semaines. Les fruits, généralement rouges, sont constitués d’un ensemble de petites drupes charnues (drupéoles) soudées entre elles et contenant chacune un noyau. A maturité, cet ensemble se détache de son réceptacle conique appelé « gynophore » ou plus vulgairement la mèche. Après fructification, toute la canne se dessèche tandis que se développent de nombreuses pousses de remplacement issues des bourgeons souterrains.

 

> Lire la suite

 

mars-avril 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jardins de France