Les jardins botaniques du Grand Nancy et de l’Université de Lorraine

Katia Astafieff

Les jardins botaniques du Grand Nancy et de l’Université de Lorraine forment un établissement de culture scientifique et technique unique - © D.R.
Les jardins botaniques du Grand Nancy et de l’Université de Lorraine forment un établissement de culture scientifique et technique unique – © D.R.

Un parc de 35 ha, 2500 m2 de serres tropicales, 12 000 espèces en culture, de nombreuses raretés botaniques : le jardin botanique Jean-Marie Pelt, situé en Lorraine, est l’un des plus grands et plus riches jardins botaniques de France. Dans les Vosges, le jardin d’altitude du Haut Chitelet, son annexe, offre un tour du monde des plantes de montagnes.

Les jardins botaniques du Grand Nancy et de l’Université de Lorraine forment un établissement de culture scientifique et technique unique dans le nord-est de la France. Ils comprennent deux sites ouverts au public : le jardin botanique Jean-Marie Pelt, situé à Villers-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle), et le jardin d’altitude du Haut Chitelet dans les Vosges, sur la commune de Xonrupt-Longemer.

L’établissement a fêté ses 250 ans en 2008, puisque le premier jardin botanique de Nancy a été créé en 1758 par Stanislas, duc de Lorraine et de Bar. Il était, à l’époque, situé au centre ville de Nancy. Nommé aujourd’hui jardin Godron, ce jardin historique est maintenant géré par la Ville de Nancy et les collections ont été transférées à la fin des années 60 sur le site du nouveau jardin botanique dénommé alors jardin botanique du Montet.

En avril 2016, le jardin botanique du Montet a été renommé Jardin botanique Jean-Marie Pelt en hommage au botaniste lorrain disparu en décembre 2015.

Tour du monde végétal

La roseraie Pierre-Francois Valck - © D.R.
La roseraie Pierre-Francois Valck – © D.R.

Le jardin botanique Jean-Marie Pelt témoigne de l’extraordinaire richesse du monde végétal. Les différentes collections sont une source d’émerveillement pour le visiteur qui, à chaque saison, peut découvrir la beauté de plantes rares et originales.

Une vingtaine de collections thématiques sont à découvrir dans les 35 hectares du parc : roseraie, « alpinum », collection systématique, patrimoine horticole lorrain, plantes médicinales, arboretum, « pinetum », terre de bruyère, potager, etc.

Chaque thématique est l’occasion d’un parcours différent : beauté des roses, mystère des rhododendrons, somptueuses couleurs des plantes de montagne, tour du monde des forêts tempérées. Le secteur des obtenteurs horticoles lorrains présente 356 cultivars dont les 214 créations de Lilas de la famille Lemoine, illustres horticulteurs lorrains. La collection « historique » est une invitation à retrouver les végétaux introduits par l’Homme en France, depuis le Néolithique jusqu’à nos jours, en passant par le Moyen-âge et la Renaissance. La collection de plantes médicinales est très appréciée des étudiants en pharmacie mais aussi du grand public. On peut y observer des plantes toxiques, utilisées en phytothérapie ou des végétaux sources de molécules thérapeutiques. Un autre secteur à ne pas manquer : un espace dédié aux milieux naturels de Lorraine. Une tourbière a été reconstituée, permettant d’observer linaigrettes, canneberges ou droséras, alors qu’un chemin dans le sous-bois invite à apprécier anémones, cornouillers ou scolopendres.

Un palmier emblématique

Dépaysement assuré dans les serres tropicales - © D.R.
Dépaysement assuré dans les serres tropicales – © D.R.

Le jardin botanique développe des actions science-société. Le visiteur peut, par exemple, en savoir plus sur la problématique des espèces exotiques envahissantes grâce à un parcours d’information sur ce sujet. Depuis l’an dernier, un observatoire des pollens a aussi été installé. Des plantes allergisantes y sont présentées. A la fois outil scientifique de prévention des pollinoses, l’observatoire des pollens permet d’apporter une information sur les risques allergiques dans la région.

Dans les serres tropicales, c’est le dépaysement assuré ! Les cinq grandes serres ouvertes au public permettent de découvrir les plantes épiphytes et aquatiques, avec le fameux nénuphar géant d’Amazonie, les plantes alimentaires telles que le cacaoyer, le caféier ou le papayer, les épices, les plantes des milieux arides ou les plantes menacées des îles de l’océan indien. On peut y observer le palmier le plus rare du monde, le Saribus jeanneneyi qui a fleuri pour la première fois en 2011. Ce palmier emblématique, originaire de Nouvelle Calédonie, a quasiment disparu dans la nature.

Des collections phares

Plus de 550 espèces de plantes carnivores (Nepenthes ampullaria verte à gauche et Nepenthes campanulata) - © D.R.
Plus de 550 espèces de plantes carnivores (Nepenthes ampullaria verte à gauche et Nepenthes campanulata) – © D.R.

Parmi les collections du jardin botanique, cinq d’entre elles, exceptionnelles, sont labellisées par le Conservatoire des Collections Végétales Spécialisées (CCVS) : les aracées tropicales (550 espèces), les fougères tropicales (250 espèces), les plantes myrmécophiles (150 espèces), les obtenteurs lorrains (356 cultivars) et les plantes carnivores (plus de 550 espèces). Cette dernière collection a été particulièrement mise en valeur en 2013, lorsque le jardin botanique a accueilli pour la première fois en France une rencontre européenne d’amateurs et de spécialistes de plantes carnivores : l’European Carnivorous Plant Exchange and Exhibition (EEE 2013). Une publication a aussi été réalisée par le jardin botanique, pour mieux faire connaître la diversité de ces plantes étonnantes qui apportent une grande attractivité au jardin botanique. Népenthès, Droséras ou Dionées fascinent toujours petits et grands !

La collection d’Aracées est l’une des plus riches d’Europe, grâce à des apports importants de collectes en nature. Une jardinière-botaniste est envoyée chaque année en mission en Amérique du Sud (Equateur, Guyane, Colombie, etc.) avec le Missouri botanical garden, pour participer à des missions de terrain avec le célèbre botaniste Thomas Croat.

Une programmation culturelle variée, pour tous les publics !

La serre des succulentes - © D.R.
La serre des succulentes – © D.R.

Le jardin botanique Jean-Marie Pelt préserve un patrimoine végétal extrêmement important. Il a pour mission la conservation de la biodiversité végétale mais aussi l’éducation du public au monde des plantes, l’étude de la flore régionale, le support à la recherche scientifique et la formation spécialisée[1].

De nombreux événements et animations sont organisés chaque année : expositions, conférences, cours de botanique, de dessin et de jardinage, manifestations grand public, ateliers pour les enfants, etc. L’établissement participe aussi aux grands événements nationaux ou régionaux (Fête de la Science, Journées du Patrimoine, Rendez-vous au jardin, Le Livre sur la Place à Nancy, etc.)

La programmation des prochaines années sera axée sur les collections de pleine terre. En 2017, ce sont les rhododendrons, la roseraie, les plantes de montagnes, les dahlias et l’arboretum qui seront mis en lumière.

Un lieu dédié à la connaissance et à la science

Du côté scientifique, l’établissement est très impliqué dans les réseaux internationaux de jardins botaniques, en échangeant par exemple des semences avec plus de 900 correspondants dans le monde.

Ses herbiers (300 000 planches datant du XVIIe s. à nos jours) sont aussi reconnus et sollicités par de nombreux chercheurs.

Parmi les grands projets, on peut retenir « EIFFEL » (Initiative expérimentale pour le futur des écosystèmes forestiers en Lorraine), en partenariat avec l’Université de Lorraine. Cet ambitieux projet consiste à étudier l’effet du réchauffement climatique sur les forêts en Lorraine. Un nouveau pavillon scientifique et technique vient également d’être inauguré, afin de permettre aux équipes de réaliser dans les meilleures conditions toutes les missions d’un grand jardin botanique.

L’avenir est tourné vers un meilleur accueil des publics, pour que le jardin botanique s’inscrive pleinement comme un acteur incontournable de la culture scientifique dans la région ; mais aussi comme un espace de vie, de convivialité et de partage pour tous, amateurs de sciences, curieux ou simples promeneurs.

 

Infos pratiques :

Jardins botaniques du Grand Nancy et de l’Université de Lorraine

100 rue du jardin botanique

54600 Villers les Nancy

Tél : 03 83 41 47 47

accueilcjbn@grand-nancy.org

http://www.jardinbotaniquedenancy.eu

https://www.facebook.com/Conservatoire.Jardins.Botanique.Nancy/

https://twitter.com/JardinBotaNancy

 

[1] Une programmation culturelle riche est variée est proposée à tous les publics www.jardinbonatiquedenacy.eu

télécharger
Jardins de France