La Pyrale : que faire pour protéger ses buis ?

Christophe Brua

La Pyrale du buis, Cydalima perspectalis (Walker, 1859), fait partie des nombreuses espèces exotiques envahissantes. Depuis son arrivée en France en 2008, son expansion a été fulgurante. Les informations récentes permettent de mieux cerner la dynamique de cette espèce et de commenter les stratégies possibles de lutte.

 

Chenille - © F. Viaud

Chenille - © F. Viaud

 

La Pyrale du buis est un papillon difficile à confondre du fait de sa taille (3,6 à 4,4 cm) et de son motif ailaire caractéristique, blanc et brun, avec des irisations ou tout brun. De jour, au repos, il s’observe sous les feuilles. Ce papillon, actif la nuit, est fortement attiré par les éclairages artificiels.

La chenille atteint 3,5 à 4 cm. Sur buis, elle ne peut être confondue avec aucune autre espèce. Elle se cache le jour. La chrysalide a les mêmes couleurs, elle se trouve dans un cocon très lâche parmi les rameaux.

Une technique de détection consiste à rechercher les jeunes chenilles (5 à 8 mm) hivernantes, au bout des rameaux à l’intérieur de 2 – 3 feuilles réunies par quelques faisceaux blancs de soie : l’hibernarium.
L’examen du feuillage permet de trouver des feuilles partiellement consommées où seul le bord du limbe subsiste. La présence de très nombreuses crottes au sol est un bon moyen de déceler sa présence.
Il peut y avoir des confusions. On observe fréquemment des rougissements des buis. Ce phénomène est attribué à des facteurs climatiques (froid, sécheresse). Des champignons pathogènes dont deux exotiques (Volutella buxi et Cylindrocladium buxicola) peuvent aussi affecter les buis.

 

> lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jardins de France